Norvège – Les prisons les plus humaines au monde

Par : Vladyslav Semendyayev

Selon de récentes statistiques, la Norvège a un taux d’incarcération de seulement 72 personnes pour 100 000. Il s’agit d’un des taux les plus bas en Occident. En comparaison, le Canada et les États-Unis ont respectivement un taux de 118 et de 707 personnes pour 100 000. Plus impressionnant encore est le taux de récidivisme norvégien : 30 %! Peu de pays dans le monde ont un pourcentage aussi bas. Au Canada, il est de 45 % et aux États-Unis il s’agit de 75 %. La Finlande et le Danemark se rapprochent avec un taux respectif de 35 % et 40 %.
norve

Que fait la Norvège pour qu’une proportion si faible de prisonniers soit portée à refaire des actes criminels? A priori, la loi du pays repose sur le principe de « justice réparatrice », dont le but est de réparer les torts causés par un crime et de prévenir les futurs délits en réhabilitant le malfaiteur. Aux États-Unis, on pense plutôt à punir le criminel en premier et à (peut-être) le réhabiliter par la suite. Avec un taux de récidivisme de 75 %, on voit que ce n’est pas très efficace.

Le gouverneur de la prison norvégienne de Bastoy pose une opinion intéressante à ce sujet. Il affirme qu’en se concentrant à punir et à faire souffrir les prisonniers, en les traitant comme des animaux, on les incite à se comporter en tant qu’animaux. C’est pourquoi les prisons norvégiennes essayent de traiter chaque détenu avec respect et dignité.

n2
L’intérieur d’une cellule de la prison de Halden

Parmi ces prisons, il y en a deux qui sont particulièrement réputées pour leurs accommodations indulgentes. D’abord, il y a la prison de Halden, qui tente de maintenir autant de normalité que possible. Les cellules sont spacieuses, bien équipées en meubles et en appareils électroniques et il n’y a pas de barreaux sur les fenêtres. D’autre part, les cuisines contiennent toutes sortes d’objets tranchants, accessibles à tout le monde. Les gardes font confiance aux prisonniers, il y a même des amitiés qui se forgent entre eux. Cette prison procure également de nombreux programmes pour préparer les condamnés à la vie extérieure. Ils peuvent faire de la menuiserie, participer à des ateliers de montage et ils ont même accès à un studio d’enregistrement. On peut voir sur la photo ci-dessous un groupe de prisonniers en train d’y jouer de la musique.
n3Halden n’est pas une anomalie, la prison de Bastoy est également très accommodante. Elle est située sur une île où les détenus peuvent se promener librement. Ils décrivent eux-mêmes leur expérience comme étant similaire à vivre dans un village ou une petite communauté. Tout le monde doit y travailler, mais les prisonniers possèdent en même temps beaucoup de temps libre pour faire d’autres activités, telles que la pêche ou la nage sur le bord de la plage. On leur fait confiance pour ne pas s’évader et ils ne fuient pas non plus.

Le travail qu’ils pratiquent est assez diversifié. Les détenus possèdent une ferme où ils s’occupent de moutons, de vaches et de poulets et cultivent des fruits et des légumes, qu’ils peuvent d’ailleurs manger. Certains font de la menuiserie, travaillent à la buanderie ou s’occupent des chevaux qui leur servent également de moyen de transport sur l’île. D’autres travaillent dans un magasin de réparation à vélo. Ce qui est utile, car plusieurs prisonniers possèdent leur propre bicyclette.

n4

Mais quels types de détenus vont à Bastoy? Les criminels les plus riches? Les personnes qui ont commis des crimes anodins? On y retrouve, en fait, toutes sortes de gens, incluant plusieurs meurtriers. Pour être transféré à Bastoy, il faut que les prisonniers aient 5 ans et moins qui leur restent à leur sentence et qu’ils montrent une détermination à vivre dans la légalité absolue une fois sortis.

n5
Un détenu de Bastoy s’apprête à travailler le bois à l’aide d’une tronçonneuse

Les prisons de Halden et de Bastoy ne sont pas non plus les seules à procurer une bonne qualité de vie. Celle de Skien est une vraie forteresse, vue de l’extérieur. Elle contient les pires criminels du pays, dont Anders Breivik, qui a causé la mort de 77 personnes en 2011. Malgré cela, les cellules ont des télévisions, des ordinateurs et des douches intégrées, et on offre aux détenus des programmes d’éducation, de réinsertion et d’acquisition de compétences professionnelles. Quel est donc le coût de ce système de prison mythique? Il est d’environ 100,000 $ US par prisonnier par année. En comparaison, le Canada paye près de 90,000 $ par prisonnier et possède un taux de récidivisme de 45 %.

n7
Une cellule de la prison de Skien

Celui de la Norvège est de 30 %, comme vu précédemment. Les États-Unis, quant à eux, dépensent seulement 31,000 $ annuellement pour chaque détenu, mais considérant leur taux de récidivisme de 75 % et les coûts importants associés aux arrestations, aux procédures judiciaires et aux dommages sociaux engendrés par une criminalité qui fléchit peu, il se pourrait très bien que le système norvégien soit, en fait, moins coûteux à moyen et long terme. Au final, investir dans la réhabilitation est un choix de société, mais c’est peut-être le choix le plus humain et économique qu’on puisse faire.

Sources : Business InsiderThe GuardianSalve Regina UniversityService correctionnel CanadaACAIP 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s