Deux Autrichiennes vont commercialiser leur incubateur à vers de farine, une source de protéines à cultiver à domicile

photo-original
La « ruche de table » – Livin Farms

D’ici 2030, nous serons plus de 9 milliards de bouches humaines à nourrir, selon la FAO (l’organisation mondiale pour l’alimentation). Et d’ici 2050, la production de viande devra augmenter de 50% pour satisfaire les besoins d’une population mondiale toujours en croissance. Mais alors, comment alimenter tout le monde sans avoir recours à la production animale intensive, génératrice de pollution et très consommatrice d’eau ?

C’est pour répondre à cette problématique que deux inventrices autrichiennes, Katharina Unger et Julia Kaisinger, ont inventées une « ruche de table », qui permet de cultiver des verres de farines chez soi dans le but de les consommer.

Les deux jeunes femmes se sont donc tournées vers les insectes qui représentent une source de protéines facile à cultiver et bien plus rentable sur le plan énergétique. En effet, 10 kilos de matière nutritive sont nécessaires pour produire un kilo de bœuf, alors que pour produire la même quantité d’insectes, il ne faudra que 2,2 kilos de nourriture. Non seulement cette quantité de nourriture est moindre, mais elle est en plus constituée de déchets organiques produits par le foyer (restes de fruits et de légumes, épluchures…), ce qui contribue également à réduire le volume des poubelles d’un foyer, à l’image des lombricomposteurs.

14764112
Vue en coupe de la « ruche de table » – Livin Farms

La structure sous forme de tiroirs peut produire, d’après ses inventeurs, jusqu’à 500 grammes de vers de farine par semaine. Les vers sont introduits sous forme de larves dans le haut de l’appareil, où ils grandissent et se reproduisent. Une fois atteinte la taille de 3 cm, ils tombent automatiquement dans un tiroir où ils sont « récoltés ».

Leur campagne Kickstarter leur a permis de lever plus de 145.000 dollars en prévendant de nombreux appareils, au prix de (tout de même) 449 dollars. Les premières livraisons sont prévues pour novembre 2016.

Source: Sciences et Avenir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s